Sécurité – l’entretien de Timour Veyri

Pour une démocratie transparente !
14 février 2020
JO SPIEGEL APPELLE A VOTER TIMOUR VEYRI
20 février 2020

Sécurité – l’entretien de Timour Veyri

Sécurité - Retrouvez l'entretien de Timour VEYRI à EURE-INFOS 

Eure- Infos : "Quels moyens pour la Police municipale : vidéosurveillance, effectifs, armement ?"

Timour VEYRI : Je veux ici le dire avec fermeté : le « tout-vidéo » est une faute. A l'inverse, je veux remettre des femmes et des hommes sur le terrain. Ce qu'il faut, ce sont des policiers municipaux partout, dans les quartiers, bien formés, soutenus et proches des habitants. Je veux une véritable police de proximité pour Évreux.
S'agissant de la question de l'armement de la police municipale (PM), celle-ci s'est posée dès 2016. J'ai connu personnellement les attentats terroristes lorsque j'étais conseiller Place Beauvau auprès du ministre de l'Intérieur. Ce sujet doit être traité très sérieusement, loin des effets d'annonce. Ce qu'il faut, c'est un encadrement très strict. Je souhaite donc un bilan de cette expérimentation.

Eure- Infos : "Quel avenir pour le service Sûreté et prévention et le directeur de la sécurité de la Ville, mis en cause par la justice ?"

 En tant qu'ancien conseiller du ministre de l'Intérieur viscéralement attaché aux lois de la République, je suis choqué par la gestion actuelle. Avec le « système Lefrand », la ville d'Évreux nage en eaux troubles. Ce n'est pas pour rien que les Ébroïciens appellent certains agents du service que vous évoquez les « cow-boys » ! En cinq ans, leur nombre a explosé, tout leur est autorisé, et l'argent coule à flot pour leur acheter des équipements tout à fait illégaux selon les organisations syndicales. Nous sommes parfois à la limite du « mélange des genres » quand le maire leur demande de jouer les gardes-du-corps personnels... Pendant ce temps, la délinquance, elle, n'a pas baissé. Le plus dangereux, c'est que tout le monde confond désormais de simples agents de gardiennage avec la police municipale et nationale, ce qui désorganise gravement les dispositifs de sécurité locaux. Je serai donc le maire du rétablissement de l'ordre républicain. Dès mars 2020, je ferai dissoudre ce service, je réaffecterai les agents qui le souhaitent et je renforcerai la Police municipale.

Eure- Infos : "Comment diminuer les trafics de drogue ?"

Sur le plan de la santé publique, le tout-répressif est une erreur. En revanche, il faut être intraitable contre les trafiquants de drogue car ce sont les habitants eux-mêmes qui sont les plus touchés par la situation. Je mobiliserai donc l'État pour obtenir des augmentations d'effectifs de la police nationale et dans les Tribunaux, et je réaffirmerai le rôle du Comité Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance (CLSPD) en lien avec le CISPD (Intercommunal). A côté du volet répressif, l'action de prévention doit également être renforcée si nous voulons des résultats.

 Eure- Infos : "Quelles mesures concrètes pour lutter contre les violences faites aux femmes ?"

Je serai un maire féministe. Avec moi, la PM aura un rôle essentiel de lutte contre les harcèlements de rue. La question de l'éclairage de rue sera prioritaire. Nous faciliterons le dépôt de plainte, notamment en proposant un lieu sécurisant. Nous apporterons aussi un soutien aux associations d'accès aux droits. L'offre de halte-garderie municipale sera renforcée, pour faciliter le travail comme source d'autonomie. Car une femme insérée socialement qui travaille ou se forme est plus autonome matériellement en cas de violences conjugales. Nous développerons également les actions de prévention contre la consommation d'actes sexuels, notamment auprès des femmes en situation de précarité. Enfin, nous mettrons en œuvre un véritable plan de formation pour les agents de la ville contre le sexisme au travail et pour favoriser le repérage des violences sexuelles. L'exemplarité est un engagement fort de notre liste. Nous pratiquerons la « tolérance zéro » envers tout comportement sexiste.

 -Eure- Infos : "Voulez vous rajouter un mot? "

 La sécurité est la première des libertés. Je remettrai donc à plat l'ensemble de la politique de sécurité pour la rendre à la fois transparente, efficace et enfin proche des gens.