Pour nos enfants, ouvrons les cours de nos écoles pendant les vacances

Contre le logement indigne, Évreux Ensemble propose à l’agglomération l’instauration d’un « permis de louer »
20 avril 2021
Déviation Sud-Ouest, intervention de Timour VEYRI au Conseil municipal d’Evreux
12 mai 2021

Pour nos enfants, ouvrons les cours de nos écoles pendant les vacances

Ce lundi, des milliers de jeunes Ébroïciens entreront en période avancée de vacances scolaires. Compte tenu de la crise sanitaire, les clubs, les associations, les centres de loisirs, ces lieux de vies faisant la richesse d'Evreux, seront malheureusement contraints de diminuer leurs activités. Nous pensons à eux, aux salariés et bénévoles mais également aux enfants qui se retrouveront enfermés, parfois dans de petits appartements, ou profitant de la rue, mais sans que toutes les garanties de sécurités seront forcément réunies.

Dans cette période de crise sanitaire qui dure depuis 1an, il est essentiel d'offrir aux familles une possibilité de sortir, près de chez elles, pour s'aérer et pratiquer des activités physiques. Il faut pouvoir leur proposer un cadre adapté, sécurisé et tout en respectant, bien évidemment, les règles sanitaires et le couvre-feu.

C'est pourquoi, le groupe Évreux Ensemble propose à la municipalité d'ouvrir nos cours d'écoles.

En effet, le manque d'espace peut être générateur de tensions. Rappelons ce terrible chiffre, entre mars et avril 2020, la part des situations de violences physiques dans les hospitalisations d'enfants de moins de 5 ans a connu une hausse de 50 %.


Timour VEYRI conseiller régional et président du groupe d'opposition EVREUX ENSEMBLE ajoute « J' espère que la mairie d'Évreux ne répondra pas que c'est trop compliqué pour elle ou dif fic ilement faisab le car d'autres municipalités mettent en place ce dispositif, en ce moment même. C'est une question de volonté et de priorité. Pour notre groupe, la jeunesse est au cœur de nos préoccupatio ns. Ouvrir nos cours d'écoles permet de cadrer les usages, d'aider les fam illes les plus précaires qui ne disposent pas de jardins et pour qui le confinement est d'autant plus difficile .»

Cette proposition de bon sens, pourrait s'appuyer sur le concours de professionnels de l'encadrement. Ainsi ils pourront veiller à la bonne utilisation du matériel et s'assurer du respect des consignes sanitaires en vigueur.