Disparition d’un ami – Au revoir Papa Demba

Guy Lefrand supprime les “coups de pouce”
2 janvier 2021
“Clientélisme et proximité avec l’islam politique à Évreux..”
20 janvier 2021

Disparition d’un ami – Au revoir Papa Demba

Communiqué de Timour VEYRI,

Président d’Évreux Ensemble

« AU REVOIR PAPA DEMBA »

Pour nombre d’entre nous, les premières heures de 2021 sont arrivées avec soulagement. Tournant la dernière page de 2020, nous pouvions, enfin, nous projeter vers une année que nous espérions tous meilleure. Nous ne savions pas, alors, qu’avec les dernières heures de 2020 disparaissait également une grande conscience, une boussole de notre ville, notre ami Papa Demba N’Diaye.

Issu d’une grande lignée sénégalaise, Papa Demba a rejoint la France qui était devenu son pays. Parce qu’il l’aimait tant, il lui donna tout. Grand républicain, il consacra sa vie à faire dialoguer les générations, les quartiers, les communautés pour permettre à chaque habitant d’Évreux, quelle que soit son origine, de se sentir pleinement maître de son destin. À l’agglomération du Grand Évreux où il fût le premier cadre d’origine africaine, il consacra sa vie professionnelle à cet idéal. En plein cœur du quartier de La Madeleine, il se jeta à corps perdu dans ses fonctions de chargé de mission en charge de la Gestion Urbaine et Sociale de proximité. Constamment au service des habitants, il était devenu pour ceux-ci une référence, un pilier, un phare auprès duquel on ne manquait jamais d’aller chercher une recommandation, une parole, un conseil avisé. Papa Demba était un homme bon et un authentique sage.

Imprégné de culture soufie, Papa Demba N’Diaye était également l’une des grandes voix de l’Islam sunnite à Évreux. Homme d’une grande spiritualité, je l’ai connu attaché au dialogue interreligieux et à la défense d’une religiosité faite de tolérance et qui puisait dans sa connaissance encyclopédique des textes une ouverture sur le monde qui en faisait un authentique humaniste. Papa Demba N’Diaye avait notamment fait de la prévention contre le radicalisme et l’antisémitisme ses combats. Sa plus grande fierté, il la devait au projet de construction de Grande Mosquée qu’il avait dessiné comme un lieu de rencontres spirituelles, d’ouvertures et d’échanges culturels et  dont il avait été tour-à-tour le facilitateur, l’inspirateur et la cheville ouvrière. D’abord secrétaire générale de l’Union cultuelle Musulmane d’Évreux (UCME), il en était devenu l’ouvrier modeste, consacrant des heures sous la pluie, sous le soleil ou sous la neige à porter des briques et s’assurer, à plus de soixante ans, de l’avancée des travaux de ce projet qui était celui d’une vie, la sienne. À l’agnostique que je suis comme à tous ceux qui l’ont rencontré, Papa Demba Ndiaye offrait au monde l’un des plus beau visage de la foi.

Défenseur infatigable de la justice sociale, Papa Demba Ndiaye nous avait dernièrement fait l’immense honneur de s’engager au sein d’« Évreux Ensemble » pour défendre les valeurs humanistes, écologistes et de solidarité aux élections municipales de mars et juin 2020. En sa compagnie, l’engagement pour les autres prenait une autre dimension. Permettre l’alternance face au pouvoir actuel relevait pour lui d’un choix éthique : « – Nous devons changer les choses » répétait-il avec force et conviction.

Avec sa disparition, nous perdons un ami avec qui aujourd’hui, sûrement, nous aurions été quelques-uns à partager un café au marché de la Madeleine.

À sa famille, à ses amis de la Grande Mosquée et de la communauté franco-sénégalaise comme à ses anciens collègues de l’agglomération d’Évreux, je veux dire ma peine et l’immense tristesse des membres d’Évreux Ensemble.

Au revoir Papa Demba.